Catégorie : Poèmes de Toujours

IN PRAISE OF THY UNPRAISEWORTHINESS, LIBYA.

Vitrine de Poésie

THIS POEM IS ABOUT SLAVERY RESURRECTED IN: Tripoli, Libya (CNN, 2017) — « Eight hundred, » says the auctioneer. « 900 … 1,000 … 1,100 … » Sold. For 1,200 Libyan dinars — the equivalent of $800. Not a used car, a piece of land, or an item of furniture. Not « merchandise » at all, but two human beings. One of the unidentified men being sold in the grainy cell phone video obtained by CNN is Nigerian. He appears to be in his twenties and is wearing a pale shirt and sweatpants. He has been offered up for sale as one of a group of « big strong boys for farm work, » according to the auctioneer, who remains off camera. Only his hand — resting proprietorially on the man’s shoulder — is visible in the brief clip — available at http://edition.cnn.com/2017/11/14/africa/libya-migrant-auctions/index.html.

Publicités

ÉCHECS

Vitrine de Poésie

Ce poème s’intitule ÉCHECS. Il est symbolique en ce sens que c’est la toute première création littéraire de Paul Élysée Dogbo à être publiée sur Vitrine de Poésie.
Dans ce texte, la vie est un jeu d’échecs : Les Hommes sont tous stratèges et les Femmes n’en sont pas moins. Actes et décisions sont de purs reliquats de la raison. Le poète est rusé ! Il est même retors ! Ce poème est écrit tel un stratagème visant à distraire le monde du but ultime visé : Remporter le pari de la vie tout en vivant de son art.

MOI, AFRICAIN.

Vitrine de Poésie

Poème identitaire, poème déclaratif, poème qui réaffirme pour un monde oublieux ma fierté d’appartenir à une culture, avant d’appartenir à une race ! Poème qui retranscrit le besoin de présenter mes origines, mes racines, ma genèse, et l’homme au sang noir derrière le masque incolore de poète que je brandis.