PASSONS À L’AUTRE BORD

PASSONS À L’AUTRE BORD est un poème écrit à l’origine pour être un sonnet, mais qui s’est soustrait à cet impératif, in fine. Ce poème est en quelque sorte une invitation à un voyage…, à une prise de risque, à un abandon…, à une guérison, et à un oubli.

Publicités
Pas de commentaire

A une créature autrefois belle.

IMG_20141017_185554_kindlephoto-609516

« Passons à l’autre bord

Loin de la rive qui sanglote

Passons l’aurore qui s’étiole

Ô Muse, laissons ici nos corps

Où cent soupirs s’oublient encore. »

« Dans mon yacht royal

Vers tes reflets

Vers ce pays de fées j’irai

Je ne chavirerai

Sous d’autres baisers légers. »

IMG_1212

« Passons les sanctuaires secrets

De mon cœur qui se dé-hante

Chante par devers l’azur nacré

Le bleu de sa bleue peine. »

« Du cyclone de sang

Qui autrefois te fit fléchir

Ne garde que le repentir. »

« Ne garde que l’âme en rire

Afin que sur la rive promise

Ton œil de sirène cicatrise ! »

— Gilles F. Dogbo

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s