MON TÉMOIGNAGE

Pas de commentaire
testimonyPhoto
Qu’est-ce qui charmerait ma chaste bimbo ?
Que je réussisse dans les méandres du showbiz.
Qu’est-ce qui ferait plaisir à mon crâne égo ?
Que j’engage la magie de l’univers à ma guise.
À l’origine, c’était le repentir d’un tiède béguin,
Avec la musique elle devint un zouk caribéen,
Avec la peinture, ça s’est changé en bal masqué 
Et l’écriture a fait d’elle un geste de fée pondéré.
C’est qu’elle est née de beaucoup plus que d’un rêve,
De prières sans trêves, d’un combat qui s’achève
Avec la seule espérance que demain soit moins noir
Que les ténèbres qui environnaient l’étoile de Mozart.
Elle est née au milieu de stances sans aucun sens,
Elle est née de l’excès d’amour vécu à contresens.
Il fallait la cajoler jusqu’à ce qu’elle fleurisse
En papillonnant dans les draps de belle Clarisse.
La Poésie, puisqu’il faut l’appeler par son nom
Transmua d’un coup glacial les fragrances de mon
Enfance. Dans les décors des premières strophes
Seul le nu féminin était l’idole de mes apostrophes.
Je dis : la Poésie est née en moi. La Poésie est néant
Qui par alchimie lyrique et dépuration farouche
Fait des mots d’émaux des maux — ce qui est géant ! —
Et offre le plus suave des théâtres à un œil qui louche.
Je cris : la Poésie est née émoi et non idée ! Rien de moi
D’éternel n’est aussi beau et élégant que l’âme vermeille
Qui se rit de la raison, se rit de l’oraison, se rit des lois
Et change l’or en boue à sa guise… et la boue en soleil !
— M. Gilles Fabien DOGBO
Publicités