À UNE ÉGÉRIE OUBLIÉE

Pas de commentaire
lily 1

.:.

Semons dans le jardin de la sincérité quelques graines !
À l’orient, les lys fleurissent solitaires. — Amours, Amour…
Ne nous lassons pas de l’écrire, de le rêver sans peines.
Demain, on relèvera le défi de vivre… l’amour.
Écrivons-le : c’est la quête éternelle de la Lune et en vain
Soleil lui chuchote parfois : « Aurai-je ta peau de chagrin ? »
.:.
Goûterai-je les lèvres de glace de celle que je rêve, ce grain ? 
Nul démon, nul sortilège, nul serment n’a retenu Orphée 
Parce qu’avec une lyre, avec lyrisme, on peut délier une fée !
Mais sans foi, mais sans toi, oublierais-je le parfum de l’enfer ?
Imagine les heures d’ivresses de celui qui a étreint des nuées 
Encore et encore, à corps perdu, encor et en cor des nuées :
Nulle est ma poésie sans le désir de toi ! — C’est un enfer !
.:.
Peut-être réapprendrai-je à prier, à dire de belles litanies ;
Rire me reviendra, et rêver aussi, en gardant tes sourires.
Inspiratrice amère de ceux qui ont perdu leur Icarie,
Dans ce mièvre poème que j’écris, témoignage et mot gris :
« Chanter, c’est poursuivre des cris ! » Laisse aboyer, c’est sûr,
Sûr que l’amour pour moi, c’est une graine qui brise des murs.
.:.
— Mr. Gilles Fabien DOGBO
Publicités