JEUNE LETTRE DU VIEUX MOI

Une lettre dépoussiérée et sortie tout droit du placard de mes pensées : une poésie intimiste ; une poésie de rupture ; une poésie d’oubli ; une poésie qui fait place à un nouvel amour, au printemps des sentiments… mais surtout, une poésie tournée résolument vers l’avenir, – mon avenir. Une poésie qui affirme : « Le premier amour, c’est l’amour qui dure toute une vie. Tout le reste n’est qu’amourettes sur amourettes, illusions à ignorer mais surtout, illusions à oublier ! » Voici la substance de cette jeune lettre du vieux moi…

Publicités
Pas de commentaire

 

file0001371332238


Monsieur Gilles Fabien Dogbo

28 Boîte Postale 1351 Abidjan 28

Région des Lagunes, Côte d’Ivoire

Abidjan, le 22 Juin 2015

À UNE EX, UNE EX PRÉSENTE…

À UNE EX PASSÉE, UNE EX FUTURE…

Objet : Réapprendre à Vivre

Chère X,

S’il me fallait réapprendre à vivre

Je supprimerais et mon Facebook et mon Twitter

Je ne ploierais plus sous le joug d’indécents emails

D’affairés et de sérieux dont j’ignore la teinte de l’émail

Plus de braises têtues sous les cendres de mes amours échus

Plus de nations à haïr ou à maudire sans connaître la chute

Plus de peines à coups de prières à endormir

Rien que ça rien que elle rien que moi et dire

Une poésie à ne savourer qu’avec EL

Une poésie à ne dévorer qu’avec des ailes

Plus mes sourires fort mal rangés

Dans le bleu étiolé de mes poches à échanger.

Si derechef il me fallait réapprendre à vivre

Je jetterais tous mes beaux livres dans une poubelle

Et flânerais çà et là pour voir que la vie est belle

J’oublierais Baudelaire le grincheux et ses amis maudits

Je fermerais mes yeux sur tous les drames du Midi

Diantre aux chevalières beurettes de l’Apocalypse

Diantre à l’uranium qu’on enrichit en attendant la dernière éclipse

Rien de ce bas monde de ce bas monde décrépi

Rien de ce bas monde claustrophobique

Rien de ce monde qui s’effondre où tout croule sous la houle des foules

N’éloignerait mon cœur de « mon Cœur »

Et de l’Arbitre Intérieur…

Avec liesse,

Ton X.


Gilles D. Fabien