EL A DIT

Un poème qui vient sans aucun doute de l’éther. Délétère ? Inspiration ! Ce mot est bien sûr l’apanage de ceux qui se refusent à croire que la Poésie est un « Labeur » et qui jurent dures comme fer qu’il n’y a rien de beau qui ne soit créé par pure atonie. Ce poème, qu’a-t-il de spécial ? Peut-être les paroles de EL. Les paroles d’elle. Et ces paroles prononcées, SEM-ées dans la World Wide Web. Ouvert à toutes les moqueries, mais sérieusement sérieux, ce poème est, croyez le, rédigé dans un ton « prophétique ». Mais, halte ! je ne suis guère un prophète. Je suis juste… poëte.

Publicités
Pas de commentaire

pic155

Elle a dit,  » Tu m’as aimé – passionné ! – le temps d’un po-ème…

Le temps d’une bo-hème tu m’as prêté la lune…

Lune que tu repris ! selon ton vouloir…  »

EL a dit,  » Aimeras-tu un jour une elle, une aile, une EL ?  »

Et, j’ai rétorqué, ‘ L’Amour vaut peine qui n’est guère reflété

Dans l’âme le reflet de mon âme

La chère de ma chair l’os de mes eaux ou

Ancre de mon âme…

Pourquoi construire pour Elle piédestal de muse

Lorsque Je Sus qu’avec un piédestal vient l’échafaud,

En suit la guillotine, – ensuite… la peau de Calypso…

Fais moi voir sur ton âme point de matières noires !

Point de sortilèges empruntés aux Marabouts d’Afrique !

Ainsi ici, ni l’ange ‘ Emma-nue = EL ‘ ni l’ange ‘ Lu-CI = FER ‘

[ Ne souilleront l’éclat de ton nom

[ Et l’éclat de ce verbe sempiternel à moi offert par EL…


Gilles D. Fabien