CANTIQUE QUANTIQUE

Et lorsque je parle d’amour, est-il vrai que je parle de rêves ? Mais n’ai-je point cessé de rêver depuis des siècles ? Pourquoi rêver lorsqu’il me faut vivre ? Et lorsque je parle d’amour, parle-je de toujours ? Mais qui est « elle », elle mon « tous-jours » ? Et s’il me fallait parlait de « lui », parlerai-je de « moi » ? Avec des piments ou des pigments ! Des névralgies ? Non, merci, très peu pour moi ! L’amour est plus fort que la mort, plus fort, plus fort ! La mort, je devrais la bannir de mes vers, peut-être… Les rêves des poètes morts ne sauraient être miens ! Jamais plus jamais ! Et lorsque je parle d’amour, je parle d’une « femme »… J’espère…

Publicités
Pas de commentaire

A une sylphide. A une ombre. Et, à une femme qu’encor je ne connais.

Cantique cantique, vitrine de poésie, gilles dogbo

QUE tu es belle, mon amie,

Comme le sable des dunes à la clarté de la lune !

Que tu es belle, ma chérie,

La courbe de tes fesses est la muse de ma plume !

Ton sourire me ravit tel un soleil hivernal à Mycènes…

Ton rire est plus mélodieux que le chant des sirènes…

Tes pieds sont deux cygnes majestueux,

Et ton coeur un bonbec fabuleux !

Comme la reine de Saba dans le harem de Salomon,

Comme un ergot de coq blanc est ta carnation,

Et tes seins sont des friandises !

Avant qu’Adonaï ne scelle mon souffle dans la poussière

Sur le mont de la tendresse tout près des prières

Allons, – nous irons pactiser dans une église !

— Gilles F. Dogbo

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s