#AFRICA4HER PLEDGE POEM 1

Just like Ambassador Cathy Russell said, I too: « I’m proud to take the #Africa4Her pledge to invest in women and girls. » This poem which emphasizes on the importance of Letting African Girls get formal educations as much as African Boys is the first of a series of three. Indeed, Africa must now rely on both genders.

Publicités
Pas de commentaire

THE SUN OF ART OFTEN CRIES FOR HER

The Sun of Art often cries:

« What’s in my power to do

When I contemplate her weeping like a fountain forsaken under trees struck by death

Lost beneath the dome of the sacred woods

Of a land Man and Evil hover a billion miles over: Africa’s earth?

« Shalt I tell you all the poetry I can’t tell?

That the fire and the blood of a Nephilim through my veins yell,

That I, the Sun of Art, often moan, that my Merovingian pen

Dies each time a daughter of Africa notices words she can’t put down.

« Plus jamais…

The numbness of the mind is not preferable to death!

Is she forever doomed to the cooking of fufu meals?

« I plead against Religion! I plead against Culture! And against Me!

We’re waging war to keep our male prides and pleasures secure! O Muse!

O African my-lady! You in whom God once stored all of me, – all of use! »

— Gilles D. Fabien

Note: Poems written as an « investment in women », in order to honor a pledge I took.

#YALINetwork #YALIChat #LetGirlsLearn #Africa4Her


~ 1/3 ~

Let Girls Learn


 LE SOLEIL DE L’ART PLEURE SOUVENT POUR ELLE

Le Soleil de l’Art souvent pleure :

« Que faire lorsqu’elle larmoie

Telle une fontaine abandonnée sous un acacia désseché

Perdue sous l’épais tallis des sacrés bois

D’une contrée où le mâle et le mal sont haut-perchés ?

 

« Vous dirais-je toute la poésie que je ne puis dire ?

Que le feu et le sang d’un Nephilim coulent dans mes veines,

Que moi, Soleil de l’Art souvent pleure, que ma plume mérovingienne

Meure à chaque fois qu’une fille d’Afrique ne peut écrire.

« Never more…

La léthargie de l’esprit n’est moins fatale que la mort…

Sera-t-elle à jamais, à jamais, celle bonne à faire du foufou.

« Je t’accuse, toi, Réligion ! Je t’accuse, toi, Culture ! Et je m’accuse, Moi !

De préserver bec et ongles nos orgueils et orgies de mâles ! O Muse !

O Africaine ! Toi en qui Dieu plaça tout de moi, etc, tout de nous ! »

— Gilles D. Fabien

… 

Note: Poèmes écrits en guise d’investissement dans les femmes, pour honorer le vœu que j’ai fait.

#YALINetwork #YALIChat #LetGirlsLearn #Africa4Her

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s