FEMME VÊTUE DE SOLEIL

Pas de commentaire

Femme vêtue de soleil

Je n’écrirai pas un mot amer à ma mère !

Je n’écrirai pas un mot qui ne pourrait suffire !

Je n’en écrirai pas des milliers pour ne rien dire,

Rien qui ne soit pétri dans la fine fleur de l’éther…

I

Oui, je tairai l’inspiration délétère !

Je prendrai plein de choses empruntées au ciel :

Des hymnes et des psaumes, du lait et du miel

Pour crier qu’aucune femme n’est plus belle que ma mère…

 II

Elle m’a offert la vie et m’appris à chérir la vie

Plus que joies éphémères, plus que peines étrangères…

Elle a brandi le grand bouclier et même le petit

Pour arracher mon souffle aux griffes de l’enfer !

 III

Oui, je proclamerai l’instant d’un poème de sang

Que ma mère est reine, oracle et guerrière…

Plus flamme que ces glorieuses âmes sans âme d’hier

Dans son sang coulent prières plénières et doucereux chants !

 IV

Vienne l’harmattan, la saison-sèche-du-cœur

Et je sais fort bien qu’il ne me faut avoir peur !

Demain nous aurons de la manne, — le beignet des anges

Parce que Maman a pris à cœur de scander des louanges…

Gilles Fabien Dogbo

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s